IFRIA Occitanie IFRIA Réseau

Un scénario ?

Posté le 20 mars 2017 Dans : Les bons plans

Composer un scénario pour son film

J’appelle tout ce qui a un début, un milieu et une fin - Aristote

Un film documentaire, ça reste un film. Et tout film a un scénario. Ici, on parle de formats courts : alors que le scénario d’un long métrage se décompose en cinq actes, il n’y a en général que trois actes pour le court métrage : une introduction, les péripéties et enfin, le dénouement.

En général, en termes de durée, on compte un sixième pour l’introduction, autant pour le dénouement, et les péripéties, au milieu, qui prennent les deux tiers du temps. Ainsi, pour un clip de 3 minutes, ça donne : 30 secondes / 2 minutes / 30 secondes.

 

Acte 1 : Introduction ou exposition

Le rôle de cette partie est de présenter la situation initiale et le personnage, donner le plus d’informations possibles, sans perdre le spectateur en cours. Il faut donc enlever tout ce qui est superflu mais aussi s’assurer qu’on a bien donné toutes les informations utiles à la compréhension du reste.

Pour l’IFRIA Video Challenge, il faut se souvenir qu’on s’adresse à de futurs étudiants, donc à des gens qui ne connaissent pas grand-chose à la filière. On part donc du principe qu’il faut tout leur expliquer.

Acte 2 : développement

C’est le c½ur de votre film, là où il y a du suspense, des explosions, de la romance, du sang, de la sueur … enfin bon, en ce qui concerne les vidéos du challenge, c’est surtout l’acte durant lequel on présente en détails les locaux, l’entreprise, le boulot qu’on effectue au quotidien, etc.

Acte 3 : Le dénouement

La fin : happy end, dragon terrassé, princesse sauvée, Etoile Noire détruite, ewoks en délire. Vous pouvez parfaitement inclure tout cela dans vos films, c’est pas interdit, mais ça va vous revenir cher niveau effets spéciaux. Mieux vaut être plus raisonnable et, surtout, être certain qu’on a bien répondu à toutes les questions ouvertes dans l’acte 1.

Au sein de chaque acte, le déroulé est décrit scène par scène, avec beaucoup de précision.

Exemple de scène écrite façon scénario :

Scène 7 – Intérieur / Jour – la cafétéria de l’entreprise

Maxime entre dans le champ, un plateau à la main. Il cherche un instant une table où s’asseoir, puis finalement choisit celle faisant face à la caméra. Il s’installe, commence à manger, puis, semblant s’apercevoir de la présence de la caméra, il tourne les yeux vers elle et dit : « Ah ! J’oubliais un dernier détail : en plus de tout le reste, on mange super bien, ici ! »

Pourquoi écrire un scénario ?

D’abord et avant tout pour faire les choses bien. Le principal intérêt d’un scénario, dans un cas comme celui de l’IFRIA Video Challenge, c’est que c’est une check list : si on l’a bien écrit, on sait précisément, et à l’avance, ce qu’on doit filmer, où on doit le filmer, vers quelle heure du jour ou de la soirée, etc. Et ça évite de se retrouver à devoir improviser au moment du montage, ou de se rendre compte qu’on a filmé trois fois trop de choses pour rien.