IFRIA Occitanie IFRIA Réseau

Écologie : le virage vert de l'industrie agroalimentaire

Posté le 22 nov. 2018 Dans : Les événements, L'emploi

Écologie : le virage vert de l’industrie agroalimentaire

La préoccupation environnementale est un des sujets phares du moment. Or l’agroalimentaire est une des filières les plus polluantes au monde. En effet, l’industrie agroalimentaire et l’agriculture émettent 25 à 30% des émissions de gaz à effet de serre à elles seules ! Conscient que la protection de l’environnement est au c½ur des préoccupations des consommateurs et l’un des grands enjeux de société à venir, le secteur a pris, au cours des dernières années, un tournant radical. Dès 2005, l’ARIA (Association Régionale des Industries Alimentaires) Languedoc Roussillon a ainsi proposé un guide des bonnes pratiques en matière de Développement Durable, ce qui a fait de notre région l’une des pionnières en la matière.

Vers la réduction des déchets

Que ce soit au niveau de la production ou de la transformation, la limitation des déchets est indispensable. Certaines entreprises ont mis en place des applications ou des outils qui leur permettent de diminuer les chances de pertes. De cette manière, elles peuvent contrôler leur production et garantir de ne pas gâcher de marchandise ni de trop produire.     Pour d’autres, cette réduction passe par une réduction des emballages. Elles ont donc demandé à leurs fournisseurs de s’engager éviter les suremballages.

Réduction de la consommation d’eau et d’énergies

Pour diminuer leur usage de l’eau, ressource rare et précieuse, certaines entreprises de l’agroalimentaire ont pris des mesures simples et efficaces. Mise en place de stop-jet pour les tuyaux de nettoyage, installation de compteurs pour détecter les fuites ou encore installation des robinets à poussoirs. Autant de petits aménagements qui permettent une réduction importante du gaspillage.

En ce qui concerne les énergies, de nombreuses choses peuvent être mises en place. Le simple fait de penser à éteindre un ordinateur en quittant son poste revient à économiser de l’énergie. Pour ce qui est des installations plus que du comportement, certaines structures ont mis en place des systèmes efficaces : détecteurs de présence pour la gestion des interrupteurs, utilisation de la biomasse pour le fonctionnement des machines, etc.

           

Prise en compte des critères environnementaux dans la construction, la production et le travail

Sensibiliser les collaborateurs aux enjeux environnementaux de la filière est essentiel. Utilisation de matériaux respectueux de l’environnement et en accord avec leur lieu d’implantation ou réinjection des chutes de production dans la chaîne : il est nécessaire d’agir en faveur de l’environnement à tous les niveaux. De même, certaines entreprises prévoient la digitalisation de toutes leurs démarches dans un objectif de “zéro papier”.

 

Des solutions durables

 

Le secteur est particulièrement sensible à la notion de solutions durables : il ne s’agit plus, en effet, de trouver des nouveautés propres à améliorer un produit isolé, ni de trouver des bricolages ponctuels. C’est tout l’avenir de la filière qui se joue, et les innovations proposées doivent pouvoir s’installer sur le temps long. Ce critère de durabilité est absolument essentiel et s’inscrit désormais au c½ur des préoccupations du secteur.

 

L’évolution verte du secteur de l’agroalimentaire est donc l’une des tendances majeures, particulièrement en Occitanie. Si toutes les entreprises du secteur n’y sont pas encore converties, il est très probable que l’écologie et le « vert » deviennent, dans les années qui arrivent, la norme et non plus l’exception.

 

Le guide des bonnes pratiques de l’ARIA